FRA

Séduisez-vous ou effrayez-vous ?

26.09.2014
GMcash
Séduisez-vous ou effrayez-vous ?

Séduisez-vous ou effrayez-vous? Cette forme si simpliste de voir les choses ne l’est pas autant dans le quotidien de l’affaire. Je veux vous donner aujourd’hui quelques petits conseils pour « séduire » vos clients et leur donner beaucoup plus que nous ne pensons ; je vous assure que vous le noterez. 

Votre carte ordonnée, intelligemment

En plaçant correctement vos plats sur la carte, il ne s’agit pas de faire joli mais de disposer d’un puissant outil de vente, qui fonctionne toujours. Comme vous le savez, si vous avez lu les articles précédents, nous devons chercher quel est l’objectif de notre client et, lorsqu’il lit une carte, son objectif immédiat est de voir et de comprendre, sous une forme facile et simple, quels sont les plats les plus appétissants.

Nous travaillons ici avec ce qui s’appelle le neuromarketing. Les clients, en lisant la carte, suivent habituellement une sorte de rituel dans leur subconscient et nous avons l’opportunité de mettre à profit ce rituel. 

Les zones de la carte les plus observées sont celles supérieures et concrètement celle de droite. Nous disposerons ici d’un endroit où mettre notre menu le plus attractif ou bien nos plats vedettes. De cette façon, non seulement nous aiderons nos clients à trouver plus rapidement les articles mais aussi ceux qui nous intéressent le plus pour leur rentabilité. C’est ce que l’on appelle eye tracking

Des lettres bien claires, nettes, sans filigranes qui prêtent à confusion, d’une bonne taille et d’une grosseur suffisante, sont des qualités indispensables pour que notre client ne se fatigue pas en lisant. 

Photos des plats

Bien souvent, et maintenant plus que jamais, avec tant de technologie à portée de main et sur nos portables, nous faisons des milliers de photos, à notre bon vouloir. Nous nous limitons à appuyer sur un bouton et c’est parti. Des photos pour séduire notre client ne peuvent pas être faites sans réfléchir. Et, avec quelques petits détails, nous pourrons obtenir un bon résultat. 

Un photographe coûte très peu d’argent par rapport à la rentabilisation de cet investissement à l’heure de faire les photos. Quoi qu’il en soit, si nous n’en engageons pas, il nous faudra tenir compte de plusieurs choses. 

Il faut vous procurer un bon appareil de photos, de qualité. Fuyez des photos pixellisées, et avec peu de qualité, elles ne conviennent pas à l’image de votre affaire. 

L’éclairage doit être celui approprié, une lumière naturelle, pas excessive, est intéressante. Vous éviterez ainsi des problèmes de couleur ou de brillance sur les aliments. N’utilisez pas de flash si vous n’avez pas d’expérience, il apporte habituellement des ombres qui ne favorisent pas les produits. 

Soignez les détails. Même si le plat est abondant, l’idée est d’avoir une photo appétissante et, quelquefois, compenser la quantité de mets et de vaisselle que l’on voit sur la photo, la rend plus attractive. Et, si la photo ne couvre pas seulement le plat mais aussi la nappe ou les tables, il faut faire attention pour que le décor ne soit pas le protagoniste sur la photo centrale. 

Position des vitrines

Les vitrines montrent les produits que nous allons proposer à nos clients et elles sont le grand présentoir de notre affaire. Qu’il s’agisse de produits frais, de poissons, de clovisses ou de viandes, voire de tapas, elles montrent tout ce que nous avons mais elles sont quelquefois placées à des endroits inappropriés. 

Nous cherchons un recoin où nous disposons d’une prise de courant, ou qui nous sert d’appui pour travailler. Mais la fonction principale de la vitrine n’est autre que celle de « SE TROUVER SUR LE CHEMIN DU CLIENT ». C’est là où réside la séduction de la vitrine, réclamer l’attention de notre nouvel arrivé pour que son subconscient travaille et que, à l’heure de choisir les plats élaborés et lorsque notre équipe lui expliquera quels sont les plats frais du jour, le client n’hésite pas à choisir les produits qu’il a vus dans la vitrine. 

Laissez venir à moi les petits enfants… 

Cette phrase biblique me ravit parce qu’elle a une grande charge de vérité. Les enfants sont le moteur d’une famille, et son volant dans la majeure partie des cas. Aucune famille n’ira à un établissement dans lequel ses enfants ne sont pas à l’aise, et cela peut signifier remplir le restaurant ou rester vide. La confiance est quelque chose qui nous meut, en tant que clients, et voir des endroits pleins d’enfants augmente la confiance dans le restaurant. 

C’est la raison pour laquelle nous devons être préparés pour l’arrivée de ces petits clients, qui sont beaucoup plus experts que nous ne le pensons quelquefois. Cependant, les enfants bien que difficiles à l’heure de manger, sont un client facile à capter, avec différents types d’ « aides » pour le conduire sur la voie correcte d’une alimentation attractive et, surtout, saine. Je cite « l’alimentation saine » parce que les parents sont plus conscients que jamais que les aliments que prennent leurs enfants doivent être d’une bonne provenance et de grande qualité. 

Il convient quelquefois d’avoir plusieurs plats adaptés aux enfants en pensant aux différents âges ; par exemple, de 4 à 7 ans, de 7 à 11 ans, et de 11 à 14 ans. De cette façon, avec 3 ou 6 plats, nous aurons couvert les différents âges. Et pour les plus petits, avoir quelques feuilles à colorier avec quelques crayons ne coûte pratiquement rien. Les parents seront enchantés de ce bon accueil et ils reviendront sûrement. 

Le personnel est la colonne vertébrale de l’affaire

Nous exigeons que nos employés soient plus rapides, meilleurs vendeurs, plus attentifs et soigneux, ainsi qu’une multitude de petits détails qui contribuent à créer le personnel parfait. Mais pour qu’ils puissent faire tout ce que leur demandent les propriétaires ou responsables, nous devons leur donner les outils appropriés. Leur fournir tout le nécessaire pour qu’ils puissent faire leur travail sous une forme digne, et EFFICACE. 

Sur un chemin droit, l’équipe des travailleurs est celle qui « tire » la charrue de l’affaire. Mais si son travail est de tirer la « charrue », ils ont besoin d’un guide pour le chemin, libre d’embûches et d’obstacles, pour éviter que la charrue ne s’arrête et que l’inertie ne se perde. 

Pensez toujours que la séduction est quelque chose que nous devons provoquer chez le client chaque fois qu’il entre dans l’établissement. Il est très rare que cette séduction se convertisse en amour. Mais si vous y arrivez, vous aurez le bonheur de recevoir ces marques d’estime de vos clients.

 

 
Chef GMcash
Cocinero

Realiza showcookings y aconseja en la realización de cartas y menús para restaurantes

J43915149
Hostelería
Sumiller GMcash
Sumiller

Imparte y organiza cursos de cata y asesora en cartas de vinos y maridajes, y ferias gastronómicas

Commentaires