FRA

5 Lois de la réussite entrepreneuriale appliquées à la Gastronomie (CAP 1)

30.07.2014
GMcash
5 Lois de la réussite entrepreneuriale appliquées à la Gastronomie (CAP 1)

Combien de fois avons-nous pensé : « Il semble que la situation s’améliore légèrement », ou bien « Je n’arrive pas à m’en sortir ce mois-ci », ou encore « Pourquoi les clients ne viennent pas maintenant et avant oui ? ». Voici beaucoup de questions et de réponses très complexes, voire très diverses en fonction de qui les posera et de qui y répondra. Nous voyons même des programmes de TV qui nous montrent comment remettre à flot une affaire d’hôtellerie.

Il y a quelquefois de durs moments qui nous amènent à beaucoup réfléchir sur la façon de surmonter les situations dans lesquelles se trouvent nos maisons. Je veux vous raconter aujourd’hui quelque chose que j’ai appris dans ma courte mais intense expérience comme entrepreneur et cuisinier. J’ai lu les lois en question dans plusieurs livres et je tente de les appliquer sous une forme proactive et centrée sur mon entreprise gastronomique. Il ne s’agit pas de donner des leçons de vie, ni d’affaires, ni de gastronomie, mais seulement de partager les situations que j’ai passées et vécues d’une manière très proactive.

Quelle est votre véritable valeur ? De quelle manière cette valeur est rattachée au bénéfice que vous obtenez ? Il semble que tous ces mots nous parlent de comptabilité mais, dans ce cas, elles représentent une philosophie un peu plus profonde et viscérale. Votre valeur personnelle, autrement dit votre valeur entrepreneuriale.

Votre véritable valeur est définie par rapport aux bénéfices obtenus. Plus ils seront grands, plus la valeur sera grande.

Beaucoup penseront, dans un début, que cela ressemble à un jeu de mots mais ce n’est ni plus ni moins que la LOI DE LA VALEUR, une phrase qui, égrenée, va nous montrer une règle qui se répète dans toutes les entreprises et, comme il ne pourrait en être autrement, dans celles gastronomiques. Nous pourrions dire ici que votre valeur est la qualité de votre travail, le temps que vous y consacrez et tous les efforts que vous réalisez dans votre affaire. Néanmoins, cette loi de la valeur est quelque chose de beaucoup plus simple : votre valeur réelle n’est pas la qualité de vos produits, prise sous une forme isolée ou seulement l’accueil réservé à vos clients mais de quelle façon cette valeur interagit pour obtenir le bénéfice fixé.

Cette loi dit ainsi : si nous augmentons la valeur de nos produits et de nos services, en diminuant légèrement le bénéfice, nous augmentons le montant de notre véritable VALEUR. Si nous valons plus, nous coûtons moins et le client sait très bien identifier cet axiome. Il ne s’agit pas de baisser les prix, pas du tout et, quelquefois, tout le contraire. Le client ne cherche pas des produits de mauvaise qualité. Le client identifie comme produits ou services de mauvaise qualité ceux qui, confrontés à ceux de concurrents avec un même prix de vente, ont moins de valeur de produit ou de service. 

Par exemple, dans les petits-déjeuners d’une cafétéria, nous pouvons observer qu’il existe une grande parité à l’heure des services et produits offerts, outre les prix. Lorsqu’il y a une grande concurrence, nous pouvons tomber dans l’erreur d’une guerre de prix, voire de la baisse de qualité des produits pour que la baisse des prix n’engloutisse pas les bénéfices. Or, il ne s’agit pas de réduire mais d’augmenter. 

Augmenter la valeur que nous offrons aux clients, avec différents compléments et des améliorations de la qualité. Service multi-presse, Wi-Fi gratuit, rapidité du service, qualité du pain, personnalité de l’établissement, recherche d’ingrédients différents comme types de pâtés, ou charcuteries, assortiment de fromages, ou différents types d’huiles pour les rôties, tout ce et bien d’avantage sont de possibles ajouts et augmentations de valeur. Si nous faisons bien nos calculs, les bénéfices ne diminuent pas autant et, en revanche, nous augmentons cette valeur pour que le client nous identifie comme un produit ou un service attractif.

Je vois tout cela de la manière suivante. Qu’est-ce qui pèse le plus, un kilo de paille ou un kilo d’or ? Et si nous pesons 25 000 kg de paille et 25 000 kg d’or ? Qu’est-ce qui pèse le plus maintenant ? La réponse est claire à ces deux questions mais si nous posons la question « Qu’est-ce qui coûte le plus à transporter : 25 000 kg de paille ou 25 000 kg d’or ? », notre réponse sera alors bien différente.

Je tente d’expliquer que, pour augmenter notre valeur, nous n’avons pas besoin d’augmenter notre « emballage » de produit ou de service, mais d’en augmenter le poids interne, sans perdre de vue les bénéfices, qui sont, au bout du compte, les objectifs principaux et réels de toute entreprise. 

Si nous donnons plus pour le même prix ou même si nous augmentons le prix, mais notre proportion valeur/produit est supérieure, nous satisferons à une maxime qui donnera une grande impulsion à la façon dont nous perçoivent nos clients. Si nous sommes capables de changer cela, nous mettrons en marche la machine du succès dans notre propre entreprise.

 
Chef GMcash
Cocinero

Realiza showcookings y aconseja en la realización de cartas y menús para restaurantes

J43915149
Hostelería
Sumiller GMcash
Sumiller

Imparte y organiza cursos de cata y asesora en cartas de vinos y maridajes, y ferias gastronómicas

Commentaires